Bouleau Jaune

27 avril 2019

Une montagne russe en avion de chasse

Quand j'étais gosse, mes amis rêvaient de devenir pompiers. Moi, je voulais être pilote. N'ayant pas la vue assez bonne, je me suis décidé à faire un métier plus "sérieux". Mais l'envie de réaliser un vol en avion de chasse est restée. Et ce souhait, je l'ai satisfait ! Ca a eu lieu la semaine dernière, à l'aéroport de Rennes. Une expérience ardue à démêler. En effet, un vol à bord d'un avion de chasse n'a rien à voir avec un vol à bord d'un appareil de tourisme. Le vacarme des réacteurs, par exemple, y est assourdissant. Si vous trouvez que le bruit des moteurs dans un appareil de ligne est déjà excessivement, multipliez ça par dix et vous commencerez à comprendre !
La sensation est aussi très différente. Vous vous souvenez de la petite sensation d'être écrasé sur son siège qu'on ressent au décollage d'un Airbus ? Eh bien, on la subit à chaque instant, dans un avion de chasse. C'est la sensation la moins vive ! Vous avez déjà vu un vol sur un Airbus, vous ? Le pilote a débuté assez calmement mais a ensuite enchaîné avec une session d'acrobaties aériennes vraiment renversante ! Difficile de dépeindre un tel moment. J'ai eu droit à la totale. Vol sur le dos, breaks, huit brésilien... Physiquement, c'est presque trop. Les g sont violents et on passe de +5G à -1G en deux secondes. Je crois que l'organisme n'est pas fait pour supporter de tels télescopages. Notre appareil allait parfois si vite que mes joues étaient défigurées par la vitesse ! Il me fallait contracter les abdos à m'en faire mal rien que pour rester conscient ! Et lorsqu'on regagné le plancher des vaches, j'ai rempli le sac à vomi qui était calé dans mon harnais. En bref, j'ai eu droit à des sensations violentes au point d'en être incommodé. Et néanmoins, je réitèrerais l'expérience sans l'ombre d'un doute, si j'en avais la possibilité ! Mais si vous projetez de vivre une telle aventure de ce genre, il faut garder une chose à l'esprit : il faut avoir le coeur bien accroché ! Davantage d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce vol en avion de chasse.

aviondechasse (43)

Posté par bouleaujaune à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2019

Le business des élus

Sur la valeur de ses biens immobiliers, le député du Havre a systématiquement écrit "aucune idée", décrit le site d'investigation. La valeur de son appartement à Paris ? Ses parts dans une résidence de Seine-Maritime ? Malgré la relance de la HATVP, Edouard Philippe aurait refusé d'estimer la valeur de ses propriétés. Sa "mauvaise humeur" face à la transparence rattrape Edouard Philippe cité comme 1er ministrable. Il ne s'agit cependant pas d'une infraction. Le député-maire du Havre n'a pas toujours cru en l'ancien ministre de l'Economie. Il faut dire qu'à cette époque, Edouard Philippe est convaincu qu'Alain Juppé peut remporter la primaire de la droite. Beaucoup de sujets abordés à propos de leur plateforme et le monde des réseaux sociaux en général. Hâte de garder le dialogue ouvert ! Interrogé par l’AFP, un porte-parole du réseau a fait part d’une rencontre « constructive » avec le président, organisée à la demande de ce dernier. Le milliardaire républicain n’a jamais caché sa défiance vis-à-vis des groupes technologiques, qui ont pour beaucoup historiquement plutôt affiché des sympathies démocrates. Cet acronyme recouvre les usagers qui viennent quotidiennement sur Twitter et qui utilisent la plateforme et des applications où ils peuvent être exposés à la publicité. Cette nouvelle mesure représente « une proposition de qualité pour les publicitaires », estime Jasmine Enberg de la société de recherche eMarketer. Elle leur permet d’atteindre « une base d’utilisateurs engagés » bien que celle-ci soit moins grande lorsqu’on la compare aux autres plateformes. Récente dans les résultats de Twitter, cette unité de mesure va remplacer définitivement au trimestre prochain le baromètre utilisé habituellement par le réseau social, à savoir le nombre d’usagers moyens mensuels. Pour le porte-parolat ont circulé les noms d’Emmanuelle Wargon, Marc Fesneau et Gabriel Attal. Le jeu des chaises musicales devrait cependant se terminer « lundi matin au plus tard », soit avant le prochain Conseil des ministres. Ces trois départs portent à dix le nombre de membres du gouvernement qui sont partis, volontairement ou non, depuis le début du quinquennat. Avant eux, sept ministres ont démissionné en un an et demi, une concentration de départs inédite en début de mandat par rapport à François Hollande, Nicolas Sarkozy ou Jacques Chirac. Parmi eux, on compte trois ministres d’Etat, François Bayrou, Nicolas Hulot et Gérard Collomb. Ces changements ont changé les habitudes de calcul des entreprises. Le 1er janvier 2016, la réduction Fillon a été élargie aux cotisations accidents du travail/ maladie professionnelles, Fnal et contribution solidarité autonomie. L'objectif est de créer un dispositif "zéro cotisations" versée à l'Urssaf pour un salaire correspondant au Smic. Depuis le 1er janvier 2019, cette réduction englobe les cotisations de retraite complémentaire. Pour calculer la réduction, il faut d'abord déterminer un coefficient qui sera fonction du montant du Smic retenu, de la rémunération annuelle et enfin de taille de l'entreprise. Ces taux ont été modifiés en 2019 pour tenir compte de l'extension de la réduction aux cotisations de retraite complémentaire. A l’approche des européennes, la tête de liste de la République en marche (LREM) est confrontée à une élection vieille de 35 ans. « Une erreur de jeunesse », reconnaît-elle aujourd’hui. A l’époque, en 1984, Nathalie Loiseau s’appelle encore Nathalie Ducoulombier. A 20 ans, celle qui prépare le concours de l’ENA figure alors en sixième position sur une liste électorale en vue des élections de délégués étudiants au conseil de direction et à la commission paritaire de Sciences po. Problème, cette liste est celle de l’Union des étudiants de droite (UED), « un syndicat étudiant né sur les cendres du GUD (Groupe union défense) à Sciences po. ] l’union des droites et de tous ses courants de pensée, « maurrassiens, indépendants, gaullistes… » », révèle Mediapart. Sept autres personnes figurent à ses côtés sur cette liste, dont Christophe Bay, « un haut fonctionnaire ayant contribué officieusement au programme de la candidate du Rassemblement national (RN) en 2017 », précise le site d’information. Face aux affirmations de Mediapart, l’entourage de l’ex-ministre a dans un premier temps nié la véracité du document. Contactée une nouvelle fois le 22 avril, la ministre a fini par donner sa version des faits à nos confrères.

Posté par bouleaujaune à 17:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2019

Londres, qui décide ?

La semaine dernière, je suis allé à Londres pour suivre un meeting économique dédié à la croissance. Un des intervenants en particulier a attiré mon attention. Il a démontré de quelle façon les groupes de pression réussissent régulièrement à spolier l’intérêt général, et son propos faisait clairement écho à mon point de vue. Les groupes de pression sont pour moi de grands ravages. Ils sont en effet définis par le fait qu’ils protègent leurs intérêts personnels et non pas l'ensemble de la société. Quand ils débattent avec les autorités sur les impôts, ils garantissent les intérêts qui sont les leurs, et peu importe si c'est au grand dam de ceux de toute la société. Un problème très sérieux vu qu'ils pèsent souvent de façon outrancière sur la gestion politique. Un groupe bien organisé dont chaque membre a beaucoup à gagner face à une nouvelle mesure profite de plus écouté du monde politique. Les groupes d’intérêt sont dans tous les domaines: avocats aux cheminots. Tous ces groupes ont beaucoup à perdre lors d’une initiative du gouvernement, ils n’hésiteront pas à attirer l'attention des politiques dessus. Un groupe mal organisé dont chaque membre a individuellement peu à gagner ou à perdre avec cette mesure aura en revanche moins d'attention de la part des politiques. Le citoyen est de ceux-là. Du coup, chaque lobby parvient assez facilement à obtenir des bénéfices payés par le contribuable. Parce que comme de bien entendu, les bénéfices sont loin d'être gratuits, et sont en définitive payés avec l’argent du contribuables. Ce colloqueà Londres, notamment pour . Voilà le site de l'agence qui l'a planifié a brillé du début à la fin. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste reconnu de ce voyage organisé à Londres.

Posté par bouleaujaune à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2019

De Rugy et les gilets jaunes

Il faut faire entendre la voix du climat. « Une pétition pour le climat, oui je signe. Une pétition pour attaquer l’État, non. D’ailleurs, il s’agit plus d’un levier d’action politique que d’un réel recours en justice. Les ONG sont dans leur rôle d’aiguillon de l’opinion… Mais ce n’est pas dans un tribunal qu’on va faire baisser les émissions de gaz à effet de serre. Ce n’est pas à des juges de forcer le gouvernement à prendre une loi, ce n’est pas le sens de nos institutions. « Mon hypothèse est que le succès de cette pétition pour le climat est peut-être aussi une réplique aux mouvements des Gilets jaunes qui parlent parfois de l’écologie comme d’un problème. « Justement, avec un tel raz-de-marée écolo au moment de la crise des Gilets jaunes, assiste-t-on à une fracture entre deux France ? « Je ne le souhaite pas. De fait, tout le monde n’a pas le même point de vue. Franck Riester voit le jour le 3 janvier 1974 à Paris. Elève brillant, il est diplômé de l’Institut supérieur de gestion puis de l’ESSEC où il obtient un master en gestion des collectivités territoriales. Après une première expérience professionnelle dans une entreprise d’audit, il rejoint l’entreprise familiale Riester SA, des concessions automobiles Peugeot, fondée par son grand-père. En 2012, lors de la campagne présidentielle, il est porte-parole adjoint de Nicolas Sarkozy. Il est nommé en 2013 secrétaire général adjoint de l’UMP. La même année, il devient également président de la Communauté de communes du Pays de Coulommiers. Lors des élections législatives de juin 2017, il est réélu député et adhère au groupe Les Républicains constructifs, UDI et indépendants. Mais quelques mois plus tard, en octobre, il est exclu des Républicains. A la fin de l’année 2017, il fonde avec une vingtaine d’anciens LR un nouveau parti, baptisé Agir, la droite constructive. Il y a une hyperpersonnalisation du président de la République dans le débat qui n'est pas toujours pertinente. Par exemple, quand il y a une motion de censure déposée par les oppositions, BFM n'a pas titré : « Motion de censure contre le gouvernement », mais « contre Emmanuel Macron ». On a une forme d'effacement des frontières entre les rôles dans l'analyse. Pourtant, on ne doit pas tout attendre du président de la République. On ne peut pas à la fois tout lui reprocher et tout attendre de lui. Lui reprocher d'être Jupiter, l'homme providentiel, et en même temps attendre exactement de lui qu'il soit l'homme providentiel et qu'il règle tous les problèmes d'un claquement de doigts. C'est aussi le travail du gouvernement de faire ces remontées au président. À nous de le faire. Vous avez été recadrée après avoir déclaré que l'ISF pourrait être rétabli si l'évaluation de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière) ne donnait pas satisfaction. Votre parole est-elle encore libre ? Ma parole est toujours libre aujourd'hui. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault avait alors reculé, ce que l’actuel Premier ministre, Edouard Philippe, considère comme une erreur. Pour le député LaRem Florian Bachelier, le franc-parler fait partie intégrante de l’ADN de Jean-Yves Le Drian. “Tous les Bretons ont une parole libérée par définition. Jean-Yves Le Drian, qui a été longtemps président du conseil régional de Bretagne, a une parole aussi libre que les élus et les membres du gouvernement”, a dit à Reuters l’élu de Rennes. “Quand nous avons convergé, venus de tous horizons, il y avait une appréhension dont nous nous sommes accommodés au départ. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus difficile”, dit un proche. De l’avis de certains observateurs bretons, le charme est rompu entre Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, qui fut un des premiers ralliés à l’aventure d’En marche. “Après avoir été ministre de la Défense, avec différents conflits à gérer, il ne se retrouve plus vraiment aux Affaires étrangères dont une bonne part est prise en charge par Emmanuel Macron”, dit-on à l’Assemblée régionale. “Sans doute a-t-il été charmé et ébloui par la personnalité du président mais celui-ci s’est révélé finalement assez loin de son histoire et de ses valeurs”, ajoute cette même source. Natif de Lorient, président de la région Bretagne de 2004 à 2017 Jean-Yves Le Drian nourrirait-il pour autant des ambitions en vue des prochaines échéances électorales ? Si, en Bretagne, on évoque une lassitude dans ses fonctions, un retour aux affaires locales paraît improbable, ne serait-ce que par loyauté envers son dauphin Loïc Chesnais-Girard, 41 ans. Plus sévère, un député LaRem décrit sous couvert d’anonymat un ministre “en fin de parcours” qui devrait selon lui quitter le gouvernement après les élections européennes de mai prochain. “Il a été un bon ministre de la Défense mais, passé au Affaires étrangères, il reste centré sur ce sujet, c’est-à-dire sur les relations avec quatre ou cinq pays. Or la planète est grande”, considère cet élu au fait de l’actualité diplomatique. Ils sont quelques jeunes loups de droite prometteurs à prendre l’habitude de dîner ensemble : Edouard Philippe, Franck Riester, Bruno Le Maire, Thierry Solère et l’ancien ministre Benoist Apparu. Les trois premiers se retrouvent aujourd'hui à la table du Conseil des ministres. En revanche, Franck Riester connaît peu Emmanuel Macron. Ils sont de la même génération - Wauquiez a 43 ans, Riester 44 ans -, ont tous les deux été maires (du Puy-en-Velay pour le premier, de Coulommiers pour le second), mais ils ne partagent pas grand-chose. Riester fustige la ligne Buisson, les sympathies pour Sens Commun, les critiques au vitriol de l’Europe…"Ça fait des années que je n’ai pas échangé avec Laurent", dit-il. Sauf pour s’opposer entre les deux tours de la présidentielle sur la ligne à tenir. A LR, c’est Wauquiez qui l’a emporté : son parti n’a pas appelé clairement à voter Emmanuel Macron. Il dénonce aujourd'hui la dérive droitière de son camp, mais Riester fut, en 2012, porte-parole adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy. Non. Ni les uns, ni les autres. Cette personnalité à qui Blanquer doit tout est une femme. Je ne pense pas à elle, et du reste - le ministre préservant à juste titre sa vie privée - on ne sait rien d’elle. Jean-Michel Blanquer doit tout à Najat Vallaud-Belkacem, qui l’a précédé rue de Grenelle. Grâce à elle, il est populaire. Grâce à elle, tout ce qu’il touche se transforme en or sondagier. Grâce à elle, cet homme est le messie. Après moi, le soleil ! Il suffisait juste d’annoncer son intention de rétablir les classes bilangues, le Latin et le Grec pour paraître un homme de bon sens. Le ministre n’a même pas eu besoin de financer leur rétablissement en redonnant les dotations en heures-postes correspondantes. Ce qui, au passage, n’a pas permis qu’elles fassent leur retour dans bon nombre d’établissements. Oui, il suffisait juste de l’annoncer. A lire aussi: Scandale des admissions post-bac: merci Najat Vallaud-Belkacem! En ce qui concerne la sélection à l’université c’est encore plus piquant. Pour travailler davantage, cette Toulousaine, qui a un petit appartement à Paris, s’est installée au ministère. «Je descends au bureau vers 7h15 et j’y reste jusqu’à 23h30. Ces derniers jours, pendant la crise, c’était même jusqu’à 3 heures du matin…», décrit-elle. Ses fils, de 21, 33 et 34 ans, se sont «un peu inquiétés» pour elle. Militante socialiste de base. Ses douze vies. «La vie est curieuse. Quand j’ai fait mon DEA de droit, j’ai écrit un mémoire qui a été publié, sur les décisions rendues par le garde des Sceaux en 1777. Et ces originaux du conseil du roi sont ici, dans ce bureau ! » Universitaire, mère de trois garçons, élue, rectrice, membre du Conseil constitutionnel puis ministre, elle a eu, plaisante-t-elle, «douze vies». Les choses sont souvent arrivées par hasard. «J’ai toujours eu une forme d’appétence pour l’inconnu. Lorsqu’on me fait des propositions, j’accepte d’abord, et je réfléchis ensuite. Quand on m’a proposé de devenir rectrice, j’ai dit “oui”. Ce qui est bien supérieur au salaire de Benjamin Griveaux. Sauf que, comme le précise sa déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), sa femme est une pénaliste de renom, associée au sein du cabinet d'avocats Temime. A eux deux, il y a donc de grandes chances pour qu'ils dépassent assez largement les 10.000 euros de revenus par mois. D'autres éléments de la déclaration de patrimoine de Benjamin Griveaux auprès de la HATVP, transmise en décembre 2017, peuvent aussi laisser penser que le ministre aurait les moyens d'acheter dans la capitale. Car le porte-parole du gouvernement dispose d’un patrimoine substantiel. Il détenait ainsi fin 2017 pour 375.000 euros de biens immobiliers. Avec ses autres actifs (principalement des comptes-titres et des comptes courants), Benjamin Griveaux disposait de 600.176 euros de patrimoine brut, pour une dette de 273.198 euros. Soit 326.978 euros de patrimoine net. Certes, sur ce montant, tout n'est pas forcément vendable immédiatement. En effet, et c'est contradictoire avec le fait qu'il indique ne pas avoir hérité, le ministre détient en nue-propriété des parts dans cinq biens (un garage, deux maisons et deux locaux commerciaux) pour une valeur totale de 135.000 euros. En matière de santé au travail, des progrès ont été réalisés, notamment pour que la qualité de vie au travail devienne un véritable sujet de négociation au sein des entreprises. Toutefois, la situation demeure perfectible sous différents aspects. Pour Muriel Pénicaud « Il y a aujourd’hui 4 858 médecins du travail en France pour 18 millions de salariés dans le secteur privé. En 10 ans, nous avons perdu 30% du nombre de médecins du travail et aujourd’hui, 75% des médecins du travail ont plus de 55 ans. Si nous n’agissons pas, nous allons au-devant d’une véritable pénurie de médecins du travail ». Les accidents du travail et les maladies professionnelles sont encore trop nombreux. Les services de santé au travail, acteur central de la politique de prévention, souffre d’une désaffection qui peut, sans action corrective, devenir problématique. De multiples acteurs interviennent en la matière, au niveau national comme au niveau régional ou local, sans toujours la coordination nécessaire pour maximiser l’efficacité des actions portées. Ce constat appelle des mesures à la hauteur des enjeux. Le troisième plan de santé au travail constitue déjà un plan d’actions ambitieux, élaboré à l’unanimité des partenaires sociaux.

Posté par bouleaujaune à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2018

Les nouvelles voitures sont de plus en plus autonomes

Les véhicules autonomes font les gros titres, mais les constructeurs automobiles ajoutent progressivement des fonctionnalités de sécurité électronique avancées aux voitures à propulsion humaine, alors qu'ils se dirigent vers un monde de véhicules autonomes. Les entreprises automobiles et technologiques déploient des capteurs laser, une intelligence artificielle, des écrans de visualisation plus grands indiquant davantage la route, des caméras capables de lire les panneaux de limitation de vitesse et des systèmes qui ralentissent les voitures devant les courbes et les zones de construction. Un grand nombre des nouvelles fonctionnalités réutilise les caméras et les radars déjà présents dans les voitures pour le freinage automatique d'urgence, la détection des piétons et autres dispositifs de sécurité. Les entreprises surveillent également de plus près les conducteurs pour s’assurer de leur attention. Lundi, le gouverneur de l’Arizona a suspendu les privilèges d’Uber pour les essais de conduite autonome après que l’un de ses véhicules autonomes ait frappé et tué un piéton la semaine dernière. Les ingénieurs automobiles et les analystes du secteur estiment toujours que les routes seront plus sûres à mesure que de plus en plus de véhicules disposeront de fonctionnalités automatisées qui les aideront ou les remplaceront les conducteurs humains. Selon le gouvernement, 94% des accidents sont dus à une erreur humaine. Les dispositifs à la pointe de la technologie apparaissent généralement en premier dans les véhicules les plus coûteux, mais ils s’intègrent dans les véhicules traditionnels à mesure que les coûts diminuent. Les constructeurs automobiles ajoutent des fonctionnalités de sécurité électronique avancées alors qu’ils font un pas de plus vers un monde de voitures autonomes. Une société appelée NVIDIA utilise l’intelligence artificielle et des caméras pour détecter la position d’un conducteur et concentrer les capteurs partout ailleurs. Si un piéton ou un autre véhicule apparaît là où le conducteur ne regarde pas, le système interviendra, soit en avertissant, soit en empêchant la voiture de bouger, déclare Danny Shapiro, directeur principal du secteur automobile de la société Santa Clara, en Californie. «Avant de passer à une automatisation complète, si le conducteur a toujours le contrôle et la responsabilité, nous voulons savoir quand nous devrions envoyer des alertes et quand nous ne devrions pas le faire», a déclaré Shapiro. NVIDIA a un contrat avec Volkswagen pour déployer le système au cours des deux prochaines années. D'autres constructeurs sont susceptibles de suivre. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog des plus belles voitures du monde qui est très bien fait sur le sujet.

Posté par bouleaujaune à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 novembre 2018

Darpa et les neuronnes des armées

Les responsables de la DARPA évoquent les conséquences potentielles de la neurotechnologie en invoquant l’acronyme elsi, terme technique défini pour le projet du génome humain. Cela signifie «implications éthiques, juridiques et sociales». Steven Hyman, neuroscientifique et neuroéthicien au MIT et au Broad Institute de Harvard, a dirigé les débats sur les questions d’éthique au sein des équipes de recherche. Hyman est également un ancien chef de l'Institut national de la santé mentale. Quand je lui ai parlé de son travail sur les programmes de la DARPA, il a noté qu'un problème nécessitant une attention particulière est le "dialogue croisé". Une interface homme-machine qui ne se contente pas de "lire" le cerveau de quelqu'un, mais aussi "d'écrire dans" celui-ci serait presque certainement créer «un dialogue croisé entre les circuits que nous visons et les circuits qui sont engagés dans ce que nous pourrions appeler des émotions sociales et morales», a-t-il déclaré. Il est impossible de prédire les effets de telles discussions croisées sur «la conduite de la guerre» (l'exemple qu'il a donné), encore moins, bien sûr, sur la vie ordinaire. Weber et un porte-parole de la DARPA ont exposé certaines des questions posées par les chercheurs lors de leurs discussions sur l'éthique: qui décidera de l'utilisation de cette technologie? Un supérieur serait-il capable de forcer ses subordonnés à l'utiliser? Les tests génétiques permettront-ils de déterminer le degré de réactivité d'une personne à un entraînement ciblé sur la neuroplasticité? Ces tests seraient-ils volontaires ou obligatoires? Les résultats de tels tests pourraient-ils conduire à une discrimination dans les admissions à l’école ou l’emploi? Et si la technologie affectait la cognition morale ou émotionnelle - notre capacité à distinguer le vrai du faux ou à contrôler notre propre comportement? En se rappelant la discussion sur l'éthique, Weber m'a dit: «La principale chose dont je me souvienne, c'est que nous avons manqué de temps."

Posté par bouleaujaune à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2018

Le prix du vin

Les prix des vins américains devraient augmenter régulièrement au cours des prochaines années, selon un certain nombre d'experts en agriculture et en viticulture basés en Californie. Il y a un certain nombre de forces à l'œuvre ici, mais les principales retombées sont les suivantes: que l'on soit habitué à boire des bouteilles de vin de 9, 18 ou même 30 dollars, ces prix ne resteront pas les mêmes longtemps. Il y a plusieurs façons de conserver un vin abordable et primé, du moins à court terme, et obtenir d'excellents vins de bienfaisance en fait partie. Au cours des cinq dernières années, il s'est passé quelques choses qui ont déprimé les prix de bouteilles de vin même très respectables, créant ainsi un marché pour les acheteurs. En tête de liste, la dépression signifiait que les gens n'achetaient pas de bouteilles de vin coûteuses à quelque volume que ce soit, les détaillants devaient donc se tourner vers d'autres moyens de se décharger de leurs produits haut de gamme. Cela a exposé simultanément un plus grand nombre de buveurs à de meilleures bouteilles, ouvrant la voie à une demande accrue à l'avenir et décourageant les planteurs de raisins d'investir dans des raisins plus coûteux que personne ne souhaitait vraiment. Maintenant que la récession semble terminée et que les gens sont plus disposés à briser leur budget de 10 et 25 dollars pour l'achat de vin, la demande de bouteilles de meilleure qualité dépasse de loin l'offre. Des années de sous-plantation se sont associées à cette augmentation pour faire monter le prix du raisin en Californie. Les prix du vin augmenteront probablement de plus de 20% au cours des prochaines années en fonction des prix du raisin. Les bouteilles abordables à 9 ou 10 dollars atteindront facilement 15 dollars, et celles qui étaient une aubaine à 21 dollars pouvaient facilement retourner aux 70 dollars ou plus qu'elles rapportaient avant la récession. Les seules options sont le paiement beaucoup plus cher, l'achat de qualité inférieure ou le pari sur les importations non établies. Cette situation peut amener de plus en plus de personnes à se demander comment est fixé le prix du vin, mais compte tenu de ces pressions, il est clair que le coût du raisin et l'offre et la demande de base sont des facteurs très importants. Cependant, les vins de bienfaisance peuvent présenter une option qui peut aider à atténuer une partie du prix de l'escalade. Quelques marques de vin caritatives semblent avoir établi des relations avec des viticulteurs primés qui vendront des bouteilles plus récentes de leurs meilleurs vins à des prix compétitifs. Une partie de la façon dont cela fonctionne, c'est que ce sont de plus petits viticulteurs qui ont peut-être remporté des prix de qualité, mais qui ne sont pas encore assez populaires pour sortir des rayons. Ce qui le rend encore meilleur, c'est que, au-delà de l'achat d'une bonne bouteille à un prix décent, vous soutiendrez également d'importants organismes de bienfaisance lorsque vous achèterez ce type de détaillant. Quand chaque bouteille au magasin coûte 20% de plus en deux ans, sachant que vous pouvez payer le même prix pour quelques grands vins de bienfaisance et que la compagnie peut donner quelque chose en échange de son argent marque. Les vins de bienfaisance ne sont qu'une des méthodes par lesquelles les gens se tourneront dans une autre année, lorsque leur bouteille préférée de cabernet californien n'est plus le vol auquel ils sont habitués. Mais c'est l'une des meilleures façons de faire face à ces circonstances malheureuses, car cela vous permet d'obtenir plus que du vin de votre achat. Encore plus d'information sur ce cours d'oenologie à Lorient en surfant sur le site de l'organisateur.

Posté par bouleaujaune à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 septembre 2018

Le crédit reste dans le rouge en janvier 2018 (-0,8% m.m) et enregistre une hausse des taux inattendue

Selon la BCB, la balance des opérations de crédit enregistre un baisse de -0.8% m.m en janvier à 3 066 Mds R$ et reste en repli sur 12 mois de -0,3%. Le ratio crédit / PIB (46,6%) se tasse en un mois de 0,5 pp mais traduit une réduction de 2,2 pp sur les 12 mois glissant (48,8%/PIB en janvier 2017). Toutes les statistiques concernant le poids du crédit au Brésil confirment cette trajectoire défavorable. Sur janvier 2018, le repli mensuel résulte de la réduction des crédits aux entreprises (-2,3%), représentant 45,9% des encours globaux, tandis que celui aux personnes physiques, 54,1% des encours, croît de +0,5%. Cette évolution résulte notamment du recours plus affirmé des particuliers aux cartes de crédit (+ 4,2%) et au financement des véhicules (+1,2%) tandis que les entreprises se sont désendettées en réduisant leurs demandes dans tous les secteurs, notamment en prêts bonifiés auprès de la BNDES, principalement sur les secteurs du commerce (-4,2%) et de l’industrie de transformation (-2,3%). Le taux d’intérêt moyen reste particulièrement élevé à 26,3%, et phénomène préoccupant, pour la première fois depuis 1 an connaît une hausse mensuelle de 0,7 pp, tout en affichant une lente décrue de -6,6 pp en un an, accompagnant ainsi la baisse du taux de base (Selic) de 700 bps sur la période (de 13,75% à 6,75% actuellement). Pour autant, les crédits libres (51,1% des encours) affichent un taux d’intérêt moyen de 41,1% en janvier, soit +0,8 pp m.m), première hausse mensuelle depuis un an en raison de spread toujours élevés (14,3 pp en janvier). La diminution des spread (-0,5 pp en un an) ne reflète pas l’ampleur de l’assouplissement monétaire sur la période en raison du renforcement des marges du secteur bancaire privé pour couvrir notamment le coût du crédit et les exigences en fonds propres. Les taux d’intérêt bonifiés moyens ressortent quant à eux à 9,5%. Le système financier brésilien reste marqué par la dualité du financement de l’économie entre prêts bonifiés et prêts libres, qui représente chacun environ 50% des encours. Le taux de défaut s’affiche à 3,4% (+0,2 pp m.m et -0,3 pp a.a), niveau jugé correct, 3,7% pour les ménages et 3,0% pour les personnes juridiques, stabilisation sur un an traduisant la lente reprise de la croissance économique.

Posté par bouleaujaune à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2018

Un réseau aérien sans fil

Earle Olson, vice-président des relations avec l'industrie, a déclaré lors d'une téléconférence avec AOPA que Jason de Mos, vice-président du développement des affaires et de la conformité et un aviateur chevronné certificats d'instructeur. "Pensez-y comme la fibre (câble optique) étant élevé jusqu'à 35 000, 40 000 pieds." D'abord, cependant, l'équipe va tester l'équipement à plus basse altitude, avec quelques bosses de plus. L'avion de ligne Boeing 767 utilisé pour prouver le concept est "beaucoup plus stable", a noté M. de Mos, et "le 172 est beaucoup plus un défi, technologiquement parlant". La technologie a été brevetée le 4 septembre 2001, bien que les attaques terroristes aient retardé le développement une semaine plus tard. Parmi les dirigeants de l'entreprise, le père de Mos, Marius de Mos, vice-président des affaires techniques et du développement de l'entreprise, a aidé à développer le téléphone sans fil, suivi du premier système téléphonique aérien appelé Airfone, puis GTE. Airfone. Son fils a expliqué le nouveau concept, qui a été testé pour la première fois en mai 2017 en utilisant une paire de Boeing qui échangeait des messages avec une station au sol: la clé pour que tout cela se produise est de créer un sol-air, air-air et liaisons air-sol utilisant un signal optique (laser) à espace libre avec un signal de radiofréquence de supervision pour former un réseau maillé aéroporté. "Vous pointez deux pailles l'une vers l'autre et vous les reliez" à distance, a dit de Mos. "Le laser (et le signal radiofréquence de supervision) est ce que nous évaluons, pour la première fois, dans les années 172". La compagnie a embauché une paire de Skyhawks d'une école de pilotage californienne pendant un mois et les utilisera sous des certificats de navigabilité expérimentaux pour permettre les modifications et l'installation de l'équipement. La société a annoncé l'approbation de la FAA pour ce plan le 30 mai et prévoit effectuer des vols d'essai au-dessus de la vallée centrale de la Californie, près de Bakersfield. Airborne Wireless Network prévoit d'offrir aux compagnies aériennes une partie des données les recettes du trafic en échange du transport de l'équipement à l'altitude, et de voler comme ils le font, de toute façon. Olson, qui a 36 ans d'expérience dans les communications électroniques, a déclaré que les réseaux de données aériennes par satellite peuvent actuellement fournir environ 200 mégabits de bande passante à un avion individuel, et chaque passager en obtient au moins un dixième. Ces connexions peuvent ne pas être fiables, en fonction de l'emplacement de l'avion et du récepteur, et de l'infrastructure avec laquelle il communique. Les passagers qui subissent des coupures temporaires de leur télévision en direct ou d'Internet peuvent demander à l'équipage de cabine de réinitialiser le routeur, mais il s'agit le plus souvent d'attendre un emplacement plus favorable. M. Olson a déclaré qu'un réseau de données basé sur des avions (que la société appelle "Infinitus Super Highway") offrirait des connexions plus fiables avec une capacité beaucoup plus grande, pas seulement pour les passagers et l'équipage. La société a également pour objectif d'amener l'Internet haut débit dans les zones reculées et d'alimenter de manière exponentielle demande croissante de connexions de données. "L'objectif principal est de fournir un réseau large bande de gros à la terre", a déclaré Olson. "Il commence à répondre à la crise des données qui est inévitable." Contrairement aux satellites, qui sont coûteux à lancer et impossibles à maintenir physiquement après le lancement, à moins d'une sortie dans l'espace très coûteuse, les équipements qui décollent et atterrissent tous les jours sont infiniment évolutifs, a ajouté M. Olson. La météo peut interférer avec les signaux satellites, mais l'équipe a compris, aussi, de Mos a déclaré: Si un avion donné, qui enverra et reçoit de multiples flux de données, vole dans la météo qui bloque le laser, le signal peut être rapidement déplacé vers un autre aéronef participant, ou vers une station au sol qui est à l'abri des intempéries, pour continuer son chemin. «Cela introduit en quelque sorte un changement de paradigme dans l'industrie», a déclaré M. Olson. M. de Mos a indiqué qu'il offre également aux compagnies aériennes des capacités de trafic de données beaucoup plus robustes pour faciliter le suivi à distance des systèmes embarqués. Bien que les avions GA ne soient pas envisagés pour faire partie du réseau une fois déployé, les jets d'affaires pourraient devenir des utilisateurs finaux et exploiter le réseau pour des vitesses de connexion et une bande passante beaucoup plus élevées que celles disponibles aujourd'hui. Le plan consiste à faire tester un système de production dans les 12 à 18 prochains mois et à l'introduire sur le marché dès que possible. D'abord, cependant, cet équipement a quelques manèges alignés dans une paire de Skyhawks, et ses créateurs espèrent rencontrer des turbulences. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce de vol en avion de chasse.

Posté par bouleaujaune à 13:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2018

Fournir des services de santé au Yémen

Au Yémen, malgré d’importantes difficultés opérationnelles, l’OMS et les partenaires du secteur de la santé répondent aux besoins sanitaires par les moyens suivants : élargissement de la couverture des interventions de santé publique dans tous les districts ; renforcement de la surveillance ; amélioration des programmes de vaccination et maîtrise des flambées ; fourniture de services vitaux aux personnes souffrant de maladies chroniques ; et riposte aux flambées, notamment de choléra et de diphtérie, par des interventions globales pour lutter contre les maladies. Par exemple, en novembre 2017, quand l’OMS a livré des médicaments en vue de faire face à une flambée de diphtérie, elle a averti qu’un accès humanitaire était essentiel pour enrayer la propagation de la maladie. L’expédition de 1000 flacons d’antitoxines salvatrices et de 17 tonnes de fournitures médicales était finalement parvenue à Sanaa après un retard de trois semaines en raison de la fermeture des ports et des aéroports. Les antitoxines permettent d’enrayer la propagation de la bactérie aux organes vitaux chez les patients déjà atteints de diphtérie. Aucune fourniture n’était disponible au Yémen avant l’arrivée de la cargaison de l’OMS. Si rien n’est fait, la diphtérie peut provoquer des épidémies dévastatrices, touchant principalement les enfants. En dépit du conflit et des fermetures récentes de ports et d’aéroports, l’OMS, l’UNICEF et leurs partenaires ont continué à mener leurs activités avec les fournitures disponibles, vaccinant 8500 enfants âgés de moins de 5 ans dans les districts d’Al-Sadah et de Yarim du gouvernorat d’Ibb au mois de novembre. L’OMS participe activement à la reconstruction des centres d’alimentation thérapeutique existants et a distribué 120 kits de nutrition à tous les centres du Yémen. Ces kits salvateurs permettent de traiter jusqu’à 6000 cas de malnutrition aiguë sévère. En outre, l’OMS forme des agents de santé pour travailler dans les centres et les gérer.

Posté par bouleaujaune à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]